Alimentation
10.12.2020

La transition alimentaire chez le chien et le chat

Les chiens comme les chats n’ont pas besoin de voir varier leur alimentation. Un changement alimentaire peut cependant parfois s’avérer nécessaire au cours de la vie de l’animal. Il est alors préférable de recourir à une transition alimentaire progressive afin d’éviter tout désagrément digestif.

Pourquoi changer l’alimentation de son animal ?

Certaines circonstances amènent parfois à l’obligation de proposer un nouvel aliment à son animal de compagnie. En effet, ses besoins nutritionnels évoluent au cours de sa vie. Un chiot ou un chaton n’aura pas les mêmes besoins qu’un adulte ou qu’un animal senior. D’autres facteurs, comme la stérilisation ou l’activité sportive, influent également sur le type d’alimentation à proposer. En outre, il peut être conseillé d’opter pour une nouvelle alimentation lors du développement de certaines pathologies (obésité, diabète, insuffisance rénale, problèmes dermatologiques, articulaires, digestifs…). Dans tous les cas, il est fortement conseillé d’effectuer une transition alimentaire progressive et réfléchie.

Importance de la transition alimentaire

La transition alimentaire consiste à passer d’un aliment à un autre de manière graduelle afin d’habituer progressivement le système digestif de l’animal à la nouvelle alimentation. La flore intestinale des chiens et des chats nécessite un temps d’adaptation plus long que chez l’Homme, plus habitué à manger varié. Un changement trop brutal d’alimentation peut provoquer des troubles digestifs comme des diarrhées ou des vomissements, désagréables et néfastes sur le long terme pour l’animal.

Comment faire en pratique ?

Même si le principe est le même, la transition alimentaire ne se gère pas de la même manière chez le chien et le chat. En effet, le chien est en général moins « difficile » que le chat concernant son alimentation. Ce dernier ayant tendance à se méfier de toute nouveauté alimentaire, une transition trop brutale pourrait aboutir à un refus total du nouvel aliment. Il est ainsi conseillé d’avoir recours à une transition plus longue pour le chat que pour le chien.

En pratique, il est conseillé d’échelonner la transition sur trois périodes de 4 jours chez le chien (soit environ deux semaines) et 7 jours chez le chat (trois semaines). Durant la première période, la ration de l’animal doit se composer à 75% de l’ancien aliment et à 25% du nouveau. La ration de la deuxième période doit être composée à 50% de chaque aliment. Enfin, la troisième période inverse les proportions de la première période, avec 25% de l’ancien aliment et 75% du nouveau. A la fin de ces jours de transition, il est ainsi possible de donner uniquement le nouvel aliment, auquel l’animal se sera habitué progressivement.

Pour les animaux les plus fragiles au niveau digestif, il peut être préférable d’allonger la période de transition. Des probiotiques peuvent en outre être ajoutés à l’alimentation durant la transition afin d’aider au renouvellement de la flore intestinale. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire pour l’usage de ces produits !