Sexualité, reproductionSanté
08.27.2020

Les chiens brachycephales : attention aux hypertypes !

Il existe une énorme diversité de races de chiens. Au niveau de la morphologie du crâne, on distingue les chiens dolichocéphales (tête allongée, type lévrier), mésocéphales (stop marqué, type braque) et enfin brachycéphales. Ces derniers ont une tête ronde et large, une face écrasée ainsi qu’un corps trapu et musclé. Les principales races sont le Carlin, le Bouledogue français, le Bulldog anglais, le Cavalier King Charles ou encore le Boxer… Très à la mode depuis quelques années, des reproducteurs de plus en plus hypertypés ont été sélectionnés pour répondre à la demande du public : nez de plus en plus plat, présence de plis de peau… Cette tendance à l’hypertype (c’est-à-dire à l’accentuation extrême des traits distinctifs de la race) a cependant des conséquences non négligeables sur la santé et le bien-être de ces chiens.

1 – Le syndrome obstructif des chiens brachycéphales :

C’est une affection des voies respiratoires due à la déformation de la face : voile du palais allongé obstruant plus ou moins la trachée (de petit diamètre), plis de peau recouvrant des narines rétrécies, compression des voies respiratoires à cause de la forme du crâne… L’air circule alors difficilement et le chien peine à respirer. Faire de l’exercice ou supporter la chaleur estivale devient très compliqué. Il faut alors ménager son chien, et des chirurgies améliorant la qualité de vie du chien sont parfois nécessaires.

2 – Affections dermatologiques :

Les principales affections dermatologiques des chiens brachycéphales résultent des plis de peau au niveau de la face, de la queue et du tronc dans lesquels il y a une macération microbienne provoquant une dermatite (inflammation de la peau). On retrouve aussi l’alopécie (perte des poils) chez ces chiens, en plus des pathologies spécifiques à certaines races comme l’otite sécrétante du Cavalier King Charles.

Ces affections nécessitent une prise en charge sur le long terme. Des chirurgies dites esthétiques permettent d’éliminer les plis de peau et donc d’empêcher la macération à l’intérieur de ces derniers.

3 – Affections ophtalmiques :

La brachycéphalie empêche parfois la bonne fermeture des paupières, prédisposant alors les chiens à l’ulcère de la cornée (20 fois plus fréquent que chez les autres races). C’est une affection douloureuse pouvant entraîner des cicatrices voire la cécité permanente.

4 –Affections orthopédiques :

Les chiens brachycéphales sont prédisposés à la luxation de la rotule, causant douleur, boiterie et arthrose. Chez les chiens avec la queue en tire-bouchon, il existe aussi des risques de malformations de la colonne vertébrale comme la scoliose. Cela peut provoquer des douleurs et une instabilité des disques vertébraux.

5 – Affections neurologiques :

La plus courante est la syringomyélie, qui correspond à l’accumulation de liquide dans les cavités de la moelle épinière. Cela comprime alors les fibres nerveuses et provoque leur atrophie progressive. Les principaux signes cliniques sont des douleurs épisodiques dans les membres ou le cou. Le traitement est médicamenteux voire chirurgical pour soulager les compressions de la moelle épinière. Il est possible de dépister les reproducteurs par IRM, et il est recommandé de sélectionner une conformation de crâne non exagérée (moins large et moins bombé). 

Prédisposés à de très nombreuses pathologies compromettant leurs bien-être et impliquant de lourds frais vétérinaires, les chiens brachycéphales sont très à la mode… Il est ainsi crucial que chacun soit conscient de ces pathologies avant d’adopter un tel chien afin de favoriser des chiens brachycéphales non hypertypés afin de leur garantir un certain confort de vie. Bien qu’un retour en arrière soit irréalisable dans certaines races comme le Bulldog anglais, il n’est pas trop tard pour prendre conscience de ce vrai problème de sélection et ainsi inverser la tendance afin que les élevages fassent naître des chiots dont le bien-être n’est pas compromis avant même leurs naissances.