Sexualité, reproductionSanté
10.07.2020

Maladies génétiques associées à la couleur de la robe

Nos compagnons à quatre pattes présentent un panel très varié de couleurs en tout genre. Cette couleur de pelage repose majoritairement sur la génétique des chats et des chiens. Ainsi, deux chats porteurs de versions différentes d’un même gène, que l’on appelle allèles, auront des couleurs différentes. Ce qui nous intéresse aujourd’hui est que certains gènes, au-delà de leur rôle dans la couleur, agissent aussi sur d’autres systèmes de l’organisme et peuvent donc potentiellement être sources de maladies lorsqu’ils sont modifiés. Quelles sont donc les couleurs à risque et quelles sont les maladies associées ?

La première couleur à laquelle il faut faire attention est le blanc. Tout d’abord, du fait de la moindre pigmentation de la peau associée, les chats et chiens blancs sont plus sensibles au soleil, ce qui les prédisposent aux coups de soleil. Ces coups de soleil peuvent mener à des cancers de la peau, tels les mélanomes cutanés, souvent peu dangereux chez le chien, ou à des carcinomes épidermoïdes, bien plus agressifs chez le chat. Il est donc important de surveiller les animaux blancs lors de l’exposition au soleil, voire même de leur appliquer de la crème solaire, en particulier sur les zones moins velues (face, oreilles). Les animaux blancs sont aussi prédisposés à la surdité, d’une ou des deux oreilles. Cette affection ne concerne pas les chiens de race samoyède car génétiquement, leur pelage est en réalité un fauve extrêmement clair et non pas blanc.

On retrouve également des maladies associées aux couleurs merles (fréquentes chez les Bergers Australiens, les bergers des Shetlands…) et arlequin (chez le Dogue Allemand notamment). En effet, si un chien est homozygote pour l’allèle donnant ces couleurs (c’est-à-dire s’il possède deux fois la version merle du gène), il a de grandes chances d’avoir des anomalies oculaires et d’être atteint de surdité. Comme cela ne concerne pas les hétérozygotes, c’est-à-dire les individus merles ne possédant qu’un exemplaire de l’allèle merle, il est seulement très fortement déconseillé d’accoupler ensemble deux individus merles ou arlequins. Cela évite de créer des chiots homozygotes et donc malades.

Enfin, il existe une affection qui touche les chiens à la robe « diluée ». Les robes diluées sont celles qui contiennent du marron dilué (crème) ou du noir dilué (appelé bleu). Cela concerne donc aussi les chiens merles puisqu’ils ont du bleu dans leur robe. Cette affection porte le nom d’« alopécie des robes diluées » et consiste en une perte de poils dans les zones de couleur diluée. Le mécanisme de cette maladie n’est pas très bien expliqué mais il semble que dans les poils concernés, les pigments s’accumulent en paquet et pourraient fragiliser le poil. Cette maladie ne perturbe pas l’état général du chien mais est peu esthétique.

Connaître ces affections vous permettra d'anticiper la découverte d'une partie des maladies génétiques que risque votre animal. Ainsi, vous serez à même de choisir la couleur de votre futur compagnon en connaissance de cause et de mieux surveiller le développement de maladie s’il y est sujet.