Loisirs
09.28.2020

Trois pratiques sportives pour mon chien

Le chien, étant un membre à part entière du cercle familial, il est normal de vouloir aussi lui faire partager nos loisirs. Pour ce faire, il existe aujourd’hui de nombreuses activités sportives que l’on peut pratiquer avec lui. Découvrez donc les trois sports canins auxquels vous aurez plaisir à vous exercer avec votre ami à quatre pattes.

Le canicross

Ce sport est aussi connu sous le nom de canicourse. C’est dans les années 80 que Gilles Pernoud, un vétérinaire français, imagina un sport permettant à un maître et son chien de faire une course à pied en parfait tandem. Le canicross est né de cette volonté de pratiquer une activité sportive avec son chien. Le duo étant relié par une longe élastique de 2 mètres, cet effort demande une parfaite coordination entre l’humain et l’animal, d’autant plus que la course peut mesurer 1,5 km, pour les débutants, à 9 km pour les plus aguerris. Le parcours du canicross traverse de nombreux paysages plus ou moins bosselés, en campagne ou en forêt, ce qui rajoute à la difficulté. Le chien doit toujours rester devant son maître et va le guider, voire même le tracter. Lorsque les zones traversées sont trop accidentées, le chien doit être détaché. Des moments de pause lui sont aussi accordés afin qu’il ne soit pas tout du long dans l’effort. Ce sport peut être pratiqué en loisir ou en professionnel. La première condition est d’avoir un chien, qu’importe la taille et la race, qui connaît les ordres de base et qui soit parfaitement sociabilisé afin d’assurer la sécurité des autres équipes. Il faut aussi qu’il soit reconnu comme étant apte à pratiquer un sport. Dans toutes les courses, un contrôle vétérinaire est assuré afin de vérifier la bonne santé des animaux, mais aussi leur conformité. Tous les participants canidés doivent être vaccinés et pucés. Pour les humains, il existe des canicross dès l’âge de 6 ans jusqu’à 60 ans et plus. Ce sport est un véritable entraînement de santé qui renforce la solidarité entre le chien et son maître.

L’agility

Ce sport est né en 1978 de la réflexion de plusieurs clubs canins anglais qui voulurent créer une activité ludique dans l’esprit du jumping équestre. Ainsi, le chien pratiquant doit parcourir un trajet comportant des obstacles en un temps minime. Les embûches se présentent sous la forme de rampes, de haies à sauter, de tunnels, de murs à escalader, de pneus et même de balançoires. Le chien doit enchaîner toutes ses épreuves le plus rapidement possible, avec les encouragements de son maître qui le dirige et le motive verbalement. Sa vitesse et sa coordination sont mises à l’épreuve, mais aussi son obéissance aux ordres. Le maître, appelé le conducteur, ne peut interagir avec son chien qu’avec la parole et les gestes. C’est une véritable épreuve d’adresse, d’intelligence et de confiance. Les participants sont classés selon leur taille, moins de 37 cm, plus de 37 cm, moins de 47 cm et plus de 47 cm. Les règles de l’agility sont strictes et le franchissement des obstacles se doit d’être parfaitement effectué sous peine de pénalité. Les interactions sont bien sûr très surveillées et le conducteur ne doit en aucun cas toucher son chien et, s’il veut le prendre par la peau du cou pour le placer correctement, il sera éliminé pour cause de maltraitance sur animal. Le maître ne peut pas circuler librement sur le parcours, il lui faut faire attention à ne pas gêner son chien et à ne pas déranger les obstacles, sous peine de faute. Malgré tout ce règlement, ce sport doit rester avant tout un jeu et une parfaite occasion de se dépenser pour nos amis à quatre pattes.

L’obé rythmée

Ce nom signifie « obéissance rythmée », et évoque tout un programme de mouvements en accord avec une musique qui doit être suivi par un maître et son chien dans un élan harmonieux. Ce dog dancing vient d’Angleterre et garde comme inspiration une méthode de dressage en musique pour chevaux appelée Kür. L’entente entre le maître et l’animal est mise à l’honneur, l’objectif étant de faire un duo parfait, alliant dynamisme, souplesse et complicité, sans oublier l’esthétisme de la chorégraphie. Cette nouvelle façon de bouger avec son chien implique quand même une pratique suivie si l’on veut que cela ressemble à quelque chose. Par contre, il n’y a aucune contre-indication quant à l’âge des participants et les exercices sont assez simples. On peut pratiquer l’obé rythmé tout simplement pour s’amuser et, dans ce cas-là, il n’y a aucune règle à respecter, juste le plaisir de bouger avec son chien. Ses mouvements naturels en sont l’inspiration, et, en les travaillant, on les adapte à un rythme. Ainsi, le maître et le chien vont tourner ensemble, courir et sauter, dans une belle harmonie. C’est en tout cas le projet, et si cela ne fonctionne pas comme ça tout de suite, ce n’est pas grave car chacun trouvera progressivement sa place. Pour bien commencer cet apprentissage, les friandises de récompenses sont des alliées sûres.

Ces trois pratiques sportives aideront à développer l’entente entre un maître et son chien, mais contribueront aussi à garder une bonne santé et cela vaut autant pour l’humain que pour l’animal.